Pensée de février

LA PENSÉE DU MOIS

Dieu cherche des gens résolus.

Hébreux 6.11/12 : Nous désirons que chacun de vous montre le même zèle pour conserver jusqu’à la fin une pleine espérance, en sorte que vous ne vous relâchiez point, et que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses.

Dans tous les domaines, pour réussir, il faut vouloir y arriver et se donner de la peine. Bien des croyants s’imaginent que dans le domaine spirituel, les choses se font toutes seules. Comme on leur a dit que Jésus se chargeait de tout, ils en ont conclu qu’ils n’avaient qu’à se laisser vivre. Sans doute, Jésus se charge de tout ; mais il se charge précisément de mettre en nous son esprit de renoncement et d’obéissance à Dieu, son zèle infatigable pour travailler pendant qu’il fait jour. Aussi, l’auteur sollicite-t-il ardemment ses lecteurs à montrer le même zèle qu’ils avaient primitivement manifesté, et à persévérer pour arriver à une pleine espérance et pour la maintenir jusqu’à la fin.
Les principaux caractères de la persévérance chrétienne se trouvent réunis ici. L’espérance regarde en avant et se nourrit de promesses, se glorifiant d’avance de la certitude le leur accomplissement. Il n’y a pas de vie chrétienne vigoureuse, si le cœur n’est pas rempli d’une joyeuse espérance, qu’il faut continuellement cultiver avec empressement, avec un zèle toujours renouvelé et cela jusqu’à la fin, sans se laisser jamais décourager. C’est le relâchement qui avait fait tant de mal aux Hébreux, et ce danger, les menaçait encore. L’histoire nous offre des exemples à suivre, comme celui d’Abraham. Exemple à imiter. La foi et la persévérance doivent marcher la main dans la main. C’est là une des grandes leçons pratiques de cette épître. Sans la persévérance et la résolution, la foi est parfaitement inutile et ne préserve pas de la perdition. C’est pourquoi gardons-nous par-dessus tout, de nous reposer inconsciemment sur des grâces du passé. C’est par le renouvellement quotidien d’une attitude résolue dans la marche d’obéissance et de foi, que la vie du ciel sera maintenue en nous dans toute sa fraîcheur et sa puissance. A plusieurs reprises, Jésus et les apôtres nous invitent à veiller sans se relâcher. Voir Matthieu 25 v 13 et 26 v 41 ; Luc 21 v 36 ; I Cor. 16 v 13 ; I Pierre 5 v 8 ; Proverbes 18 v 9.
On ne saurait trop le redire, le relâchement, la lassitude, le découragement, le manque de persévérance, sont des écueils qui ont causé des multitudes de naufrages dans l’Église. La foi s’empare de la promesse ; mais c’est la persévérance qui nous en assure la possession. 
Que de croyants au sein de l’église, s’étaient bien promis, dans la joie de leur premier amour, de vivre entièrement pour Dieu, mais qui se sont accoutumés, petit à petit, à une piété formaliste et sans vie ! 
Gardons précieusement la fidélité à nos résolutions, en vivant le renoncement à nous-mêmes par la puissance de la croix.

Pasteur Paul Calzada

 

Les commentaires sont fermés